Présentation

La réponse naturelle qui s’est imposée face aux attentats de janvier a été d’en appeler à la laïcité. Mais son invocation a fait apparaître, en même temps, avec la diversité de ses interprétations, les incertitudes de sa définition.

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, depuis la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905. Il est utile de se remémorer le contexte dans lequel elle a été adoptée. Jean-Pierre Machelon en reconstitue la genèse et les circonstances.

Au-delà de ces circonstances, justement, est-il possible d’ériger la laïcité en un véritable principe philosophique de nos régimes ' Paolo Flores d’Arcais propose une série de thèses en ce sens.

Ce qui semble acquis, c’est que l’évolution de nos sociétés, et de la société française en particulier, a changé la signification de l’idée de laïcité. Elle en a fait bien plus qu’un principe juridique, une sorte de dimension culturelle, plus implicite qu’explicite. D’où le recours à une enquête auprès de personnalités aussi diverses que possible, afin d’essayer de cerner cette entente à la fois partagée et mal saisissable. Nous remercions vivement celles qui ont bien voulu nous apporter leurs réponses.

Nous joignons au dossier un témoignage sur une initiative originale. Olivier Bobineau a conduit pendant quelques années une formation des imams dans un esprit laïc. Il en tire les leçons.



Ce site web utilise des cookies. Poursuivre votre navigation indique que vous êtes d’accord avec notre utilisation des cookies. Pour plus d’information rendez vous sur notre politique de confidentialité.