Présentation

La difficulté d’une étude « objective » des faits sociaux a été reconnue depuis longtemps. La « neutralité » du chercheur n’est pas toujours simple à observer dans un domaine où les jugements de valeur se séparent parfois malaisément de l’établissement des données. De là à en faire une « science militante », où la connaissance sociologique, à l’enseigne de la « critique », est purement et simplement au service des choix politiques, il y a un pas. Un pas qui a été franchi par certains courants de la sociologie française, de manière tantôt déniée et tantôt avouée, et dont la crédibilité de la discipline n’est pas sortie indemne. C’est la défense de celle-ci que prennent Gérald Bronner et Étienne Géhin, Olivier Galland, Nathalie Heinich, Pierre-Michel Menger et Dominique Schnapper, en plaidant chacun à leur façon pour une sociologie sachant distinguer entre les options idéologiques et la démarche scientifique.



Ce site web utilise des cookies. Poursuivre votre navigation indique que vous êtes d’accord avec notre utilisation des cookies. Pour plus d’information rendez vous sur notre politique de confidentialité.