Dossier : Comment rendre les sciences attractives ?


Nous avons consacré un numéro entier, voici peu, à l’enseignement du français et aux graves incertitudes qui l’affectent (n˚ 140, mai-août 2006). Les problèmes posés par l’enseignement des sciences ne sont pas moindres, en réalité, mais ils sont d’une autre nature. Ils prennent plus particulièrement la forme d’une désaffection rampante chez les élèves, y compris parmi ceux qui y réussissent et en dépit de l’extrême valorisation dont ils font l’objet dans l’organisation des études. Le résultat en est un tassement préoccupant des effectifs, là où les besoins de l’économie exigeraient des nombres toujours plus importants. D’où la question lancinante, depuis quelques années, de l’intérêt à éveiller pour les sciences, de l’attrait à provoquer, des vocations à susciter. Marie-Claude Blais passe en revue les explications qui ont été avancées de ce désamour et envisage les autres hypothèses possibles.

Les remèdes utilisés jusqu’à présent ont-ils été efficaces ? Il y a lieu d’en douter. Pis, il y a de bonnes raisons de penser qu’ils ont aggravé le mal. Marinette Solais montre comment les réformes supposées rendre les enseignements scientifiques plus aimables pour les élèves ont achevé de les désorienter.

L’Académie des sciences s’est récemment émue des faiblesses flagrantes de l’enseignement élémentaire en matière d’apprentissage du calcul. Elle a émis un avis à ce sujet. Il fait surtout apparaître, malheureusement, la méconnaissance de nos plus éminents savants à l’égard des difficultés redoutables de l’entrée dans le maniement des nombres, comme le fait ressortir Stella Baruk.

L’enseignement des mathématiques ne répond pas seulement à des impératifs utilitaires. Il comporte une dimension civique, plaide Michel Joubert, qui justifie de le diffuser aussi largement que possible. Pourquoi est-ce si difficile ? Parce que, fait-il valoir, le modèle inspiré par la recherche est lourdement adapté aux nécessités de l’enseignement. Celui-ci requiert le partage, aux antipodes de la solitude exigée par la recherche. D’où la proposition d’une nouvelle démarche d’enseignement qui serait de nature à déjouer « l’horreur mathématique ».

Articles du dossier Comment rendre les sciences attractives ?



Mots-clés des articles du dossier :

Ce site web utilise des cookies. Poursuivre votre navigation indique que vous êtes d’accord avec notre utilisation des cookies. Pour plus d’information rendez vous sur notre politique de confidentialité.