Dossier : Le modèle français : immuable et changeant


Le malaise politique français se nourrit pour une part importante du complexe de la citadelle assiégée. Il tient au sentiment d’être pris à revers par une évolution du monde qui ébranle un modèle hérité de l’histoire dont la cohérence est telle qu’il est menacé de s’écrouler en bloc. D’où la crispation sur des «acquis» vécus comme non négociables, la moindre concession pouvant entraîner la liquidation de l’ensemble. D’où le climat de peur qui nourrit en retour le refus de tout changement et l’hostilité viscérale envers la « mondialisation néo-libérale ».

Tel est le problème dont les textes rassemblés dans ce dossier explorent différentes faces. Il est double : quelles sont les composantes de ce modèle et de quoi est faite leur cohérence ? Quelles sont ses chances d’évolution? Ses spécificités sont-elles aussi menacées que ses défenseurs le croient, ou bien sont-elles susceptibles d’être redéfinies de façon à s’adapter à leur nouvel environnement européen et mondial ?

L’observatoire européen, justement, n’offre-t-il pas un point de vue privilégié sur la singularité française, sur ses transformations et ses marges de négociation ? Pascal Lamy expose les réflexions que lui a inspirées son expérience à la Commission de Bruxelles. Alain Duhamel examine le sort des catégories constitutives de notre culture politique dans le même creuset.

Tous s’accordent pour placer le service public au centre du modèle. Mais que recouvre au juste sa notion ? Michel Guénaire s’attache à la circonscrire. Nous revenons avec Louis Gallois, en contrepoint, sur ce que veut dire en pratique la modernisation de l’idée de service public à l’échelle d’une grande entreprise comme la sncf.

La France, on le sait, a développé une conception originale de la recherche publique dont la préservation a fait couler beaucoup d’encre dans l’actualité récente. Dominique Pestre replace les interrogations actuelles dans l’évolution économique et sociale générale. Étienne Baulieu et Édouard Brézin dressent un état des lieux et s’interrogent sur les réformes souhaitables.

Autre spécificité française sur la sellette : le régime de protection sociale des intermittents du spectacle. Ivan A. Alexandre, Bernard Latarjet et Maryvonne de Saint Pulgent confrontent leurs diagnostics. Mais c’est toute l’« exception culturelle » qui devrait être passée au crible. Monique Dagnaud en éclaire une face inattendue.

Comment ne pas revenir, enfin, sur la laïcité, en ce centenaire de la loi de séparation de l’Église et de l’État, marqué par une vive discussion sur la permanence et le changement ? Maurice Barbier s’efforce d’en dégager la signification durable, au-delà des fluctuations circonstancielles.

Nous avons demandé à Jacques Lesourne et à Denis Olivennes de conclure le dossier à la lumière de leurs réflexions antérieures sur le sujet. Le modèle français a, d’ores et déjà, beaucoup plus changé que les Français ne tendent à le penser, montrent-ils. Et ses possibilités de rester fidèle à lui-même, tout en effectuant le reste du chemin requis par l’adaptation au nouvel état du monde, sont plus grandes qu’ils ne le pensent. Aux hommes publics de savoir en persuader les citoyens.

Articles du dossier Le modèle français : immuable et changeant



Mots-clés des articles du dossier :