DOSSIER : L'Afrique des africanistes

États altérés

par Kwame Anthony Appiah  Du même auteur

Quand j’étais petit, nous étions, je crois, un million d’Ashanti, et il devait y avoir bientôt dix millions de Ghanéens, mais nous savions que Kumasi, la seconde ville du pays (construite, disait mon père, comme Rome, comme tant de grandes villes, sur sept collines), avait une histoire plus longue et plus noble que la capitale, Accra. Kumasi était une ville fière, trépidante, affairée, (...)

Mots-clés :

Autres articles du dossier L'Afrique des africanistes



Ce site web utilise des cookies. Poursuivre votre navigation indique que vous êtes d’accord avec notre utilisation des cookies. Pour plus d’information rendez vous sur notre politique de confidentialité.