DOSSIER : Les Bienveillantes de Jonathan Littell

Les Bienveillantes et les classiques russes

par Georges Nivat  Du même auteur

Ce livre vous prend à la gorge, à la tête, aux tripes, son écriture vous emporte comme une houle énorme ; depuis longtemps la langue française n’avait reçu cargaison aussi lourde, aussi troublante. Le livre semble écrit d’une traite, sans esquisse, sans brouillon, sans échafaudage ni « repentir », poussé par une énorme vague pulsionnelle, une vague arrêtée sur image, (...)

Mots-clés :

Autres articles du dossier Les Bienveillantes de Jonathan Littell



Ce site web utilise des cookies. Poursuivre votre navigation indique que vous êtes d’accord avec notre utilisation des cookies. Pour plus d’information rendez vous sur notre politique de confidentialité.