Le drôle de retour de la gauche au pouvoir

par Éric Dupin  Du même auteur

Les journalistes politiques, et les politologues qui leur emboîtent le pas à l’occasion, déplorent rituellement la piètre qualité de nos campagnes électorales. Ils ne peuvent avoir systématiquement tort. Le cru 2012 de la compétition présidentielle ne restera pas, dans les mémoires, comme l’un des plus fameux. Annoncée de longue date, sondages après sondages et sans la moindre exception, (...)


Plan de l'article

  • Un mandat populaire faible
  • Un profond scepticisme populaire
  • Une majorité plus fragile qu’en apparence
  • Une droite provisoirement neutralisée

Mots-clés :



Ce site web utilise des cookies. Poursuivre votre navigation indique que vous êtes d’accord avec notre utilisation des cookies. Pour plus d’information rendez vous sur notre politique de confidentialité.