Malaise dans la publicité

par Raphaël Roy  Du même auteur

Cannes, au mois de juin. Le festival du film à peine clos, alors qu’à l’effervescence semblait avoir succédé le paisible écoulement de la vie quotidienne, une excitation nouvelle, plus diffuse et circonscrite celle-là, vient comme chaque année troubler pour quelques jours la quiétude cannoise retrouvée. Ici, peu de visages connus, pas de rassemblements populaires, pas de robes de gala (...)

Plan de l'article
  • La publicité et ses incantations
  • La reine détrônée
  • Survivre


Ce site web utilise des cookies. Poursuivre votre navigation indique que vous êtes d’accord avec notre utilisation des cookies. Pour plus d’information rendez vous sur notre politique de confidentialité.