Présentation

Un des événements majeurs de la campagne présidentielle a été ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Fillon » : la mise en examen du candidat désigné par la primaire de la droite et du centre, à la suite des révélations du Canard enchaîné sur l’emploi présumé fictif de son épouse comme assistante parlementaire. L’intervention des juges a bouleversé le cours de la compétition électorale et probablement changé son résultat. D’où, à la mesure de cet enjeu décisif, les multiples et légitimes interrogations soulevées par ce télescopage entre la logique judiciaire et le processus politique. Il mérite un examen approfondi, indépendamment de toute préférence partisane, comme le souligne Pierre Avril. Il soulève un problème fondamental, fait-il valoir, celui de l’articulation entre l’État de droit et l’État républicain.

La portée de l’analyse et l’importance du sujet nous ont paru mériter la discussion. Nous remercions vivement Denys de Béchillon, Francis Hamon et Olivier Jouanjan d’avoir bien voulu nous apporter leur point de vue et Pierre Avril de s’être prêté à cet échange.



Ce site web utilise des cookies. Poursuivre votre navigation indique que vous êtes d’accord avec notre utilisation des cookies. Pour plus d’information rendez vous sur notre politique de confidentialité.