Une défaite qui vient de loin

par Henri Weber  Du même auteur

Chaque fois que les socialistes au pouvoir subissent une lourde défaite surgit la même explication paresseuse : « Si nous avons perdu, c’est parce que, une fois encore, nous n’avons pas été assez à gauche. Nous avons capitulé, au choix, devant le libéralisme, le patronat, la finance, les bonzes de Bruxelles, les gnomes de Zurich, l’impérialisme américain, l’hégémonisme (...)

Plan de l'article
  • Affaiblissement des acteurs publics
  • La crise de la « forme parti »
  • Un quinquennat impopulaire
  • Fautes de campagne
  • Les « dégagistes » à l’offensive
    • Le ps entre marginalisation et refondation
  • Trois scénarios


Ce site web utilise des cookies. Poursuivre votre navigation indique que vous êtes d’accord avec notre utilisation des cookies. Pour plus d’information rendez vous sur notre politique de confidentialité.