Dossier : Autour de Comment le peuple juif fut inventé de Shlomo Sand


Dès sa parution en Israël, et sa parution en France, en 2008, le livre de Shlomo Sand a déclenché de violentes polémiques. Il remet radicalement en question, en effet, les points clés du récit convenu de l’histoire juive, à commencer par celui qu’invoque la Déclaration d’indépendance d’Israël et selon lequel le peuple juif est né sur la terre d’Israël et en a été exilé sous la domination romaine, en l’an 70, avant d’entamer son retour deux millénaires après. Il n’y a pas eu d’exil, soutient Shlomo Sand, de même qu’il n’y a jamais eu de peuple juif, seulement une religion juive.

Contrairement à une autre thèse conventionnelle, la religion juive s’est montrée prosélyte, et ce sont les conversions qu’elle a opérées qui expliquent la présence de millions de juifs de par le monde. En particulier, les juifs ashkénazes de l’Est européen ne proviennent pas de la terre d’Israël, mais sont issus de l’adoption du judaïsme par le royaume khazar du Caucase. Bref, nous sommes en présence de l’invention d’une continuité historique fictive.

Les conséquences politiques de la déconstruction à laquelle procède Shlomo Sand sont considérables. Elles conduisent à opposer à la vision officielle d’Israël comme un « État juif et démocratique » l’idée d’un « État de tous ses citoyens » – juifs, arabes et autres.

C’est dire combien l’ouvrage mérite une discussion approfondie. Nous avons demandé leur réaction à Esther Benbassa, Denis Charbit, Maurice-Ruben Hayoun, Tony Judt et Maurice Sartre, que nous remercions d’avoir répondu à notre appel. Shlomo Sand fait suivre leurs interventions d’une réponse générale.

Articles du dossier Autour de Comment le peuple juif fut inventé de Shlomo Sand