Dossier : La démocratie à l'indienne


L’Inde s’est imposée, en une cinquantaine d’années, comme une des incarnations à la fois singulières et exemplaires de la démocratie à partir desquelles interroger sa nature. Il y a désormais une démocratie « à l’indienne » qui mérite l’examen, au même titre que la démocratie « à l’américaine » ou « à la française ». Un cas extraordinaire, quand on songe aux obstacles que représentaient la hiérarchie des castes et le poids de l’analphabétisme. Et pourtant elle tourne!

Deux éminents connaisseurs de « la plus grande démocratie du monde » analysent ici ses évolutions récentes. Sunil Khilnani évalue la place et la signification du courant nationaliste parmi les forces politiques indiennes. Christophe Jaffrelot sonde les retombées politiques de l’insertion accélérée du pays dans l’économie mondiale.

Nous joignons au dossier une discussion autour de la réception de la philosophie indienne en Occident, à partir des deux livres que Roger-Pol Droit lui a consacrés, L’Oubli de l’Inde. Une amnésie philosophique (Paris, puf, 1989) et Le Culte du néant. Les philosophes et le Bouddha (Paris, Éd. du Seuil, 1997), repris dans la collection « Points » en 2004. Nous remercions Bernard Faure, Michel Hulin et Charles Malamoud d’avoir bien voulu nous livrer leur avis et Roger-Pol Droit de s’être prêté à cet échange.

Articles du dossier La démocratie à l'indienne



Mots-clés des articles du dossier :